jeudi 17 juin 2010

KUALA LUMPUR

Passer de Siem Reap à Kuala Lumpur, c'est passer de la fin du 19ème siècle européen au 21ème siècle le plus moderne. En moins de 2 heures le dépaysement est total. J'adore les deux !

L'arrivée en ville depuis l'aéroport, une heure de bus, on traverse les plus grands lotissements de pavillons de banlieues que j'aie jamais vu, et d'une densité ! J'ai tenté quelques photos depuis le bus et l'avion, mais elles ne reflètent pas la vision que j'en ai eue.

KL, capitale de la Malaysie, c'est Singapour sur collines c'est le Lisbonne de l'Asie ! Modernité et hyper développement en plus. Un mélange de vieux quartier chinois et de gratte-ciels récents.

Et des prix européens dans la plupart des bistrots, dont la qualité est très variable et n'est en rien reflétée par le prix.

Et partout, il leur faut au moins dix minutes pour te servir un expresso ! Et ce n'est pas par manque de personnel.


Mais je n'en ai pas vu grand chose, je suis beaucoup resté à l'hôtel, me suis forcé d'écrire pour mettre ce blog à jour. De l'abnégation comme dit David. Définitivement la prochaine fois ce sera ou le blog ou les sorties, bars, discos & amants, (ce qui est aussi une façon de découvrir une ville et un pays et sa population) mais en tout cas pas les deux. Je te laisse imaginer mon futur choix.

De toute façon, je ne suis resté que deux jours, et pour une fois je n'avais pas la prétention de tout voir.
Je suis juste sorti hier après-midi voir les Petronas tower de près, mais hélas journée sans soleil, donc photos grisouilles.
C'est moins impressionnant que ce que le chiffre de 451,9 mètres laisse supposer. Que tu sois à distance, en sortant du monorail, (un moyen efficace et rapide de traverser la ville tout en ayant une vue depuis une certaine hauteur) la vision est telle que je les croyais construites dans un fossé, ou au pied tu n'as pas l'impression d'une hauteur pareille. C'était pourtant les plus hautes du monde de 1998 à 2004. Est-ce du à l'entourage de gratte-ciels qui font déjà une cinquantaine d'étages au moins ? Ou un effet de perspective !



Je loge dans une petite guesthouse très sympa, en plein coeur d'une débauche de shoppings mall, tous plus luxueux les uns que les autres. C'est là devant le bien nommé "Pavilion" et sa magnifique fontaine en cristal "Lalique" que j'ai vu la plus grande concentration de crevettes fashion victimes au mètre carré de mon existence. Et les quelques centaines de mètres de rue qui relient la dizaine de malls, le plus grand podium de défilés du monde.

Journées chaudes et sèches et temps agréable en soirée, mais malheureusement impossible de diner tranquille, la coupe du monde de football omniprésente en terrasse comme à l'intérieur, et ce n'est pas un grand écran au fond du bistrot, mais sur tous les murs avec haut parleurs distribués.

Hier soir, mercredi 16, j'ai mangé européen, au Finnegan's Irish Pub un succulent et énorme (j'ai pas pu finir) jarret de porc accompagné de...... choucroute et vu l'omniprésence des écrans je n'ai pas échappé aux pronostiques des différents présentateurs et analystes, 2 à 0, pour les plus optimistes ou 3 à 0, voire pire pour les autres. En attendant mon jarret de porc, j'ai regardé les dix premières minutes du match Espagne - Suisse. La danse du ventre !! Les suisses ont pas touchés le ballon, ils ont rien vu. Je n'ai pas pu m'empêcher de repenser à ma réflexion sur la fin du 19e et le 21e siècle. Un monde d'écart !
J'ai fini mon super repas et suis parti à la mi-temps, boire un verre au BlueBoy, et voir à quoi ressemble le KL gay dans un pays musulman. Très intéressantes et très chaleureuses expériences.

Ce matin en passant l'immigration à l'aéroport, la préposée me demande si j'ai regardé le match hier soir, moi interloqué, pas sûr d'avoir bien entendu, je lui fais répéter la question. Je réponds non, et soudain en reprenant mon passeport je comprends pourquoi elle me demande ça ! Je lui demande qui a gagné et.... la Suisse 1 à 0. Pas certain de mes oreilles, je file sur du wifi vérifier sur la Tribune. Oh surprise j'ai raté ça ! Ce moment historique ! Bon, aucun regret, vu ma passion du foot ! Et j'ai quand même passé un super moment au BlueBoy. :-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire