mercredi 31 mars 2010

BALI

Arrivée à Denpasar, capitale de l'île au Nakula Familiar Inn, petite pension de famille rustique, dont la construction va dans tous les sens et dont tu te demandes quel est l'architecte qui a fait les plans.... ou si ce ne sont pas plutôt des bâtisses qui évoluent en fonction de l'arrivée de nouvelles générations.
On me reçoit avec le sourire (comme partout ici) et je loue une chambre à 100000 IDR (8 EUR) pour moi tout seul et un lit immense et en parfait état. C'est le meilleur matelas que j'ai eu jusqu'à présent !
C'est cool, je pose mon sac et tente un petit tour du quartier, rien d'extraordinaire à cette heure là, et je rentre dodo, il est 23 heures. Deux heures du mat à Sydney et suis debout depuis 8h. Il est grand temps de me reposer.

Mardi 30
Debout 8h30, travaux sur la maison d'à côté et circulation de plus en plus intense depuis 6h ! Petit déjeuner en compagnie de Raphaël, un psychologue jurassien qui tente un tour du monde en 10 mois. Mais qui en réalité l'a déjà commencé il y a longtemps, ce n'est pour lui que les étapes suivantes. Aujourd'hui, Il veut aller a Ubud centre culturel de l'ile. Je le questionne un peu sur les moyens de transport locaux dont le "bemo" minibus taxi collectif à tarif négocié et toujours plus cher pour le touriste !

La matinée passe à étudier le plan de ville et lire quelques infos dans le Lonely, à faire la différence entre Kuta, Sanur, Ubud, Denpasar et les autres villes de l'île, mais qui, pour un étranger ne font qu'un. Et surtout à rédiger et mettre à jour textes et photos des jours précédents. !
En plus, internet et le wifi sont peu courant par ici.

Premières impressions

Les trottoirs sont défoncés et ils sont d'une hauteur, pas loin de quarante centimètres ce doit être pour éviter que les motorisés les utilisent comme chaussée, la pollution, les taxis et bemo qui te harcèlent

Si tu survis a traverser la rue ici, je pense que tu survis partout
Je connais des mères européennes qui seraient mortes de trouille à voir leurs bambins évoluer à pied ou à vélo sur les routes de Bali. Presque pas de passages à piétons, pas ou peu de feux rouges, pour autant qu'ils soient respectés. Des vélos et des scooters à contre sens dans les rues à sens uniques, etc. Mais à première vue, il ne me semble pas qu'il y ait plus d'accidents qu'en Europe. Sinon j'aurais du en voir quelques uns.
Le casque a l'air d'être obligatoire, mais si les parents sur le scooter en ont, les deux gamins coincés entre eux n'en ont pas ! Et j'ai aussi vu deux musulmanes voilées et sans casque, la passagère étant en amazone !

Peu de femmes voilées à Bali, si l'Indonésie est musulmane, l'île est hindouiste.
Des temples et des divinités partout, des offrandes partout. Normal pour l'île aux milles temples, et où chaque maison chaque famille possède le sien.






Finalement, juste deux heures de marche dans la chaleur moite de la ville, juste pour appréhender un peu la couleur locale, et m'acheter un pantacourt avec passes pour ceinture. Important la ceinture, elle permet d'attacher plein de choses, dont l'appareil photo ! Et je cherchais un pantacourt vraiment court, style short au dessus du genoux, mais je viens de comprendre pourquoi ils n'en fabriquent pas. C'est religieux. C'est impudique..... de montrer ses genoux et ses coudes, mais à voir les chemise et t-shirts les coudes sont déjà passés à la trappe !

Je suis surpris par le peu d'espace entre les gondoles dans les grands magasins et de l'abondance du personnel, tant masculin que féminin jeunes pour 90% il y en a au moins un par mètre carré. Je me demande ce qu'en penseraient nos services du feu. Et quel doit-être le CA pour payer autant de personnel, même si ils sont payés au lance-pierre. Bon, pour eux c'est toujours mieux que de glander a demander l'aumône ou vendre n'importe quoi dans la rue.

Je croise un vélo chargé d'une énorme cage avec une dizaine d'étages et quelques centaines de poussins, jusque là, rien que de très banal, oui sauf que les poussins sont teints de toutes les couleurs, comme nous on teint les oeufs de pâques, mais nos oeufs ont des couleurs moins kitsch ! Je n'ose les prendre en photos. Par contre j'ai osé avec les pâtisseries !
Je rentre assoiffé, juste pour l'apéro. Seul problème, il n'y a pas de bistrots ! Et les deux restaurants que cite le "Lonely Planet" sont fermés !
Je me rabats sur des jus de fruits trouvés et négociés dans une épicerie, car ici en tant qu'étranger tu es obligés de marchander partout et tout le temps. C'est la règle du jeu, tu es touriste donc tu dois payer plus. Le tout est de savoir combien en plus.



Je trouve un "restaurant" juste à côté d'un Internet café et je m'arrête là pour ma première "Bintang" la bière quasi unique de l'île, et un poisson grillé devant moi et sur la rue !
Pendant ce temps, il se met à pleuvoir ! Cela va t'il rafraîchir l'atmosphère ? Réponse dans une heure. C'est le sauve qui peut autour du grill pour éviter que le charbon de bois soit noyé et mon poisson aussi par la même occasion ;-)



Et en rentrant, je vois que c'est jour de ramassage des ordures ménagères, mais ils ont pas encore inventés l'usage des poubelles, certains réutilisent des sacs en plastique, mais pour la majorité, c'est tout en vrac sur le trottoir. Bonsoir les odeurs, avec la chaleur et l'humidité ! Demain, les trottoirs seront propres, à l'exception des offrandes déjà écrasées et dispersées.

mercredi 31
Si comme le prétend le dicton, l'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, alors tout leur est ouvert....
Réveillé a 5h45 !!! elle balaie la cour, je ne sais pas si ça fait partie d'un rituel ou si c'est juste pour s'occuper les mains, mais ils balaient toute la journée. Ou alors la pollution, davantage que les feuilles mortes.
Re-petit déj en compagnie de Raphaël, je lui demande comment c'est passé sa journée de hier à Ubud, il a passé plus de temps à courir d'une station de bemo à l'autre (oui, il y a plusieurs stations d'autobus, une pour le nord, une pour le sud, etc et un service, qui fait le tour d'une station à l'autre !) et sur la route que réellement à visiter ! Je lui montre alors les prospectus pris à l'aéroport, il trouve un tour qui lui paraît intéressant (il a potassé le sujet avant de venir, lui ! Il sait où il faut aller et ce qu'il y a à regarder !). Il me propose de l'accompagner pour un petit Tour de l'ile après-demain. Banco, pour 30 USD c'est exactement ce que je voulais.

Aujourd'hui, il va voir la plage et la ville de Kuta. C'est ce que j'avais prévu pour demain. Je déménagerais donc sur Kuta après-demain et y resterais cinq jours, vu que je n'aurais pas le temps d'explorer toute l'île et en plus de voir Yogiakarta et Jakarta avant d'aller à Bangkok.

2 commentaires:

  1. Ton histoire de Bancomat après la douane m'est arrivée exactement pareil à Jakarta il-y-a exactement 23 ans. Aucune évolution donc... MDR... Bon voyage et profites bien.
    Alain

    RépondreSupprimer
  2. Alors voilà, depuis la rentrée, j'attends avec une certaine impatience (et un peu de jalousie, je l'avoue), la suite de tes aventures...
    Plein de bisous.

    RépondreSupprimer